Yvelines et Hauts-de-Seine ont adopté un schéma interdépartemental d’organisation sociale et médicosociale. Outre la cohérence des politiques mises en œuvre, il s’agit de proposer des réponses innovantes en matière d’autonomie, d’insertion ou de petite   enfance.
La preuve en actes.

Troubles du spectre autistique : un projet interdépartemental

Dès le début de l’année 2021, le foyer d’accueil médicalisé de Bécheville accueillera ses premiers patients : des adultes atteints de troubles psychiques ou du spectre autistique.
Le futur complexe, implanté aux Mureaux, offrira 66 places au public autiste et 50 aux patients atteints de troubles psychiques. Il devrait générer 250 emplois directs. Il s’inscrit dans un projet de plateforme interdépartementale comprenant un service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés de 42 places (ouvert depuis décembre 2018), auquel s’ajoutent, depuis janvier, deux pôles de compétences et prestations externalisées (PCPE), accompagnant de manière transitoire des enfants, adolescents et adultes sans solution pérenne. Soit 30,7 millions d’euros investis au total pour 158 nouvelles places d’accueil durables. Enfin une réponse apportée à des familles qui n’avaient jusqu’ici d’autre solution que de s’orienter vers la Belgique….

100 % de dépistage en maternelle

En rendant le dépistage systématique pour tous les enfants de moyenne section, Yvelines et Hauts-de-Seine veulent repérer au plus tôt les fragilités pouvant affecter les apprentissages de l’enfant. Objectif : ne passer à côté d’aucun problème pour que les enfants entrent en CP en ayant tous leurs acquis. Le nouveau protocole prévoit l’intervention dans chaque école d’un binôme, constitué d’un puériculteur et d’un auxiliaire de puériculture. Ils assurent un contrôle du développement physique, psychomoteur et affectif de l’enfant. Dès la petite section, le dépistage des troubles visuels est par ailleurs confié à une association d’orthoptistes. Quarante mille écoliers, 22 000 dans les Hauts-de-Seine et 18 000 dans les Yvelines, sont concernés.

Un emploi de proximité en un clic

Yvelines et Hauts-de-Seine ont lancé au printemps dernier Job 78-Job 92, deux sites pour une plateforme commune, afin d’accélérer le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA. La recherche d’emploi peut en effet être effectuée sur les deux territoires. La création d’un profil donne accès à une série de services : consultation d’offres, candidatures spontanées, messagerie sécurisée, chat, agenda des manifestations dans le domaine de l’emploi...
Autre originalité : la géolocalisation des offres.
Les employeurs bénéficient de cette même simplicité d’utilisation et d’un accès gratuit. Les deux Départements se sont fixés pour objectif de permettre à 60 % des bénéficiaires du RSA inscrits dans un parcours d’emploi de retrouver une activité en l’espace d’un an.
www.job92.fr et www.job78.fr

Une première agence départementale pour l’insertion

Les deux Départements ont mis en place le premier groupement d’intérêt public interdépartemental de l’insertion, ActivitY’. La nouvelle structure aura pour mission de réduire la précarité et pallier les difficultés de recrutement des entreprises de l’Ouest de l’Île-de-France en renforçant l’accompagnement des personnes les plus éloignées de l’emploi, en construisant une offre de formation qualifiante et professionnalisante, et en développant des relations avec les partenaires économiques des deux territoires.