La solidarité entre les territoires en développement et territoires en difficulté, entre territoires « riches » et défavorisés, entre villes et campagnes est au cœur du projet de fusion.

La Métropole du Grand Paris perpétue un modèle de « banlieue servante » qui n’aurait vocation qu’à accueillir les activités et équipements les moins valorisés et les plus sources de nuisances dont a besoin la ville-centre.
Or, l’Ouest francilien comporte des zones de haute densité, très urbanisées, bien équipées, riches en emplois qualifiés mais aussi des zones résidentielles, moins denses et souvent mal connectées aux bassins d’emplois dont elles dépendent. Il dispose aussi d’un vaste espace rural où les habitants, moins nombreux, déplorent la disparition des services publics et de santé, et de vastes quartiers urbains mal conçus et isolés, où règnent l’inégalité des chances et l’absence de mixité sociale. La fusion des Yvelines et des Hauts-de-Seine veut tisser des solidarités entre ces différents territoires métropolitains qui restent, quelles que soient les organisations administratives, engagés dans un devenir commun. Cette démarche prend ainsi le contrepied total de la Métropole du Grand Paris, actuellement limitée à la Petite Couronne, qui perpétue le vieux schéma de croissance parisien et voit la ville-centre annexer successivement – et exclusivement ! - les territoires économiquement intéressants.
La fusion des Yvelines et des Hauts-de-Seine favorisera, de fait, l’interaction entre les territoires bénéficiant des dynamiques de métropolisation et ceux qui vont avoir encore plus besoin de mécanismes de solidarité métropolitaine et de redistribution.

La ville autrement

Les deux Départements ont créé la société d’économie mixte Citallios, un outil d’aménagement interdépartemental dont la première mission est de promouvoir un développement équilibré du territoire.

Synergie numérique

L’adhésion en novembre dernier du Département des Hauts-de-Seine au syndicat mixte Seine et Yvelines Numériques, dont le Département des Yvelines était déjà membre, va permettre de renforcer la pertinence de nouveaux projets communs de type « SmartCity », thématique sur laquelle les deux Départements souhaitent pouvoir proposer des solutions en matière de patrimoine, d’environnement ou de mobilité. Il s’agit de se doter des outils permettant de piloter et de gérer avec une efficacité renforcée les territoires, tout en partageant des données et des informations avec le citoyen au cœur de son quotidien.